La responsabilité

L'arrêt rendu par la cour de Cassation, le 7 Décembre 1967 fut clair :

Aucune faute n'a été commise. "La nature avait préparé un véritable piége".

Due à une insuffisance d'études dans l'ancrage de la roche riveraine,

la catastrophe était naturelle et imprévisible,

la cause aujourd'hui est connue : une faille géologique dans le terrain

n'avait pu être déceleé lors des études préalables.

M.Jacques DARGEAU, maître d'oeuvre du barrage lors de la catastrophe,

ne fut pas tenu responsable lors de son procés du 21 Octobre 1964.